À lire ailleurs

Résistances et solidarités internationales

Get in the Zone : Depuis la zone autonome de Capitol Hill à Seattle

Ce qui suit est une interview d’un résident de Seattle qui était dans la rue lors du récent soulèvement et qui a vu la police, la National Guard et les réactionnaires attaquer des manifestant·e·s dans le quartier de Capitol Hill à Seattle. Après plus d’une semaine d’émeutes intenses et d’affrontements avec les autorités, la police a évacué le commissariat Est, et une zone autonome (CHAZ pour Capitol Hill Autonomous Zone) a vu le jour autour du bâtiment vide. (traduction reprise de Dijoncter)

Discrimination - Racisme

[Dijon] Solidarité avec les habitant·es des Grésilles

Poubelles incendiées, voitures dégradées, tirs de coups de feu, armes lourdes, les images circulent abondamment et attisent tous les fantasmes. En plein mouvement contre le racisme et les violences policières, c’est l’actualité idéale pour brouiller les cartes, redorer le blason de la police et raviver le racisme envers les habitant·es de certains quartiers comme ceux des Grésilles. Dijoncter.info revient sur les événements qui ont secoué ce quartier populaire.

Migrations - sans-papiers

“Soi-disant la France... les Droits de l’Homme... nous on les a pas vus” [Communiqué de prisonniers du CRA de Oissel (Rouen)]

Les prisonniers racontent que le CRA de Oissel est désormais plein, qu’il y a des transferts punitifs avec celui du Mesnil-Amelot (CRA dans lequel ont eu lieu pas mal de révoltes les deux dernières semaines), que les juges bâclent plus que jamais les procédures, que la préfecture enferme des mineurs... Un groupe de prisonniers a décidé de nous faire parvenir un communiqué pour raconter tout cela. Ils sont aussi au courant des luttes contre les violences policières et de sans-papiers qui ont cours en ce moment à l’extérieur et expriment leur solidarité.

Résistances et solidarités internationales

Giovanni López, assassiné par la police mexicaine pour ne pas avoir de masque anti-Covid

Face aux crimes policiers et aux abus de la police dans le contexte de gestion autoritaire de la pandémie de Covid-19, les mobilisations se multiplient bien au-delà des États-Unis. Au Mexique, la détention et l’assassinat par la police de Giovanni López, 30 ans, pour ne pas avoir porté de masque anti-Covid à l’extérieur de son domicile provoquent depuis un mois la montée des manifestations et de la rage contre la police…

Répression - prisons

Se divertir contre - Violences d’État, répressions et enfermement (I)

En ces temps de déconfinement progressif et incertain, on est sommé·e·s de faire notre possible pour permettre un retour à la « normale », qu'il s'agisse de recommencer à consommer comme avant, ou de retourner au charbon, dans tous les cas de redevenir un rouage efficace et serviable de la société industrielle. Et le divertissement (qui n'est pas gratuit) nous est aussi proposé comme solution pour encaisser l'absurde de cette situation. Mais si, au lieu de nous divertir pour décompenser, on se divertissait pour s'armer ? Épisode II sur les violences d'État.

Résistances et solidarités internationales

Que faut-il faire pour empêcher la police de tuer ?

Une réflexion critique portant sur les efforts entrepris depuis des années par les mouvements politiques progressistes et réformistes étatsuniens pour rendre la police plus « respectable » et « responsable. » Les récents événements aux États-Unis – ainsi que dans le reste du monde – nous prouvent une fois de plus que toutes les réformes du monde ne changeront pas la nature même de cette institution. La seule solution viable qui nous reste est donc l’abolition pure et simple de la police par le biais d’une révolution.

Résistances et solidarités internationales

États-Unis : Ni garde nationale ni couvre-feu n’arrêtent la révolte – 30 et 31 mai 2020

Dans de nombreuses villes du pays, les émeutes se sont poursuivies durant tout le week-end des 30 et 31 mai, les flammes et les fumées de la révolte arrivant jusqu’aux portes de la Maison Blanche, à Washington. Le couvre-feu a été décrété dans au moins quarante grandes villes. La Garde nationale, l’armée de réservistes destinée à la défense du territoire, a été mobilisée dans pas moins de 24 états pour renforcer la police et protéger les pompiers, mais sans parvenir à enrayer les destructions et les pillages, qui se sont déroulés un peu partout, notamment à Boston, Philadelphie, mais aussi à Chicago, San Francisco et à Seattle. Depuis le début des émeutes, la police a procédé à au moins 4400 arrestations allant des accusations de « pillages », de « blocage de la circulation » à celle de « non-respect du couvre-feu ».

Résistances et solidarités internationales

États-Unis : Les feux de la révolte se propagent – « Nous n’avons rien à perdre, seulement nos chaînes » – 29 et 30 mai 2020

Vendredi 29 mai à Minneapolis, pour la quatrième nuit consécutive, des centaines de personnes sont de nouveau descendues dans les rues contre la police, bravant ainsi le couvre-feu entre 20h et 6h décrété un peu plus tôt dans la journée. La révolte s’est propagée à d’autres villes des États-Unis, notamment en Californie et à New-York.

Résistances et solidarités internationales

Minneapolis/Saint-Paul (Etats-Unis) : Un comico en flamme, pillages et incendies se poursuivent pour une troisième nuit d’affilée – 29 mai 2020

La rage incendiaire ne s’est pas laissée confiner par l’arsenal répressif de l’État, qui a envoyé la garde nationale et déployé plusieurs hélicos pour surveiller la ville. Les émeutes se sont donc poursuivies pour une troisième nuit d’affilée à Minneapolis (Minnesota), et se sont même propagées à la ville voisine de Saint-Paul.

Résistances et solidarités internationales

Minneapolis, Etats-Unis : Nuits de rage contre la police et le système qu’elle protège – 27 et 28 mai 2020

La rage explose en ce moment dans les rues de Minneapolis, après qu’un homme noir de 46 ans a été tué par les flics lundi 25 mai. Les premiers affrontements ont eu lieu le lendemain dans la soirée, avec des caillassages contre les flics et le commissariat de la 3e circonscription. Mais c’est dans la nuit de mercredi 27 au jeudi 28 mai que la situation est devenue incontrôlable, avec des pillages et des incendies qui se sont propagés dans toute la ville. La garde nationale a été appelée en renfort et des flics en arme se sont positionnés sur les toits des bâtiments.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 85 |

Suivre tous les articles "À lire ailleurs"